La Voie de l'Hirondelle

Protection de la nature et transmission d'une expérience.

Nature et pensées (darwiniennes entre autres…)

La nature est-t’elle morale ? Non. Elle n’est ni bonne, ni mauvaise, elle ignore nos concepts humains, trop humains. (Pour paraphraser l’ouvrage de Friedrich Nietzsche).

On peut s’en inspirer pour parler aussi du « selfish gene », le gène égoïste de Richard Dawkins. (voir l’ouvrage de ce nom). Pour les humanistes ou les religieux, ces théories sont choquantes, voire ineptes. Pourtant, au niveau biologique, elles ne font que s’appuyer sur l’observation stricte des lois de la nature telle qu’elle est. Et qui sont tout sauf tendres…

« …en admettant même que la déduction ne soit pas logique, il est infiniment plus satisfaisant pour mon imagination de considérer certains instincts, comme quand le jeune coucou éjecte ses frères d’adoption,  -les fourmis se procurent des esclaves, les larves d’ichneumon dévorent l’intérieur du corps des chenilles vivantes, – non comme des instincts spécialement innés ou créés, mais comme de petites conséquences d’une seule loi générale, qui conduit au progrès de tous les êtres organiques, à savoir la multiplication, la variation, que le plus fort vive et que le plus faible meure ».( chapitre 7 de l’Origine des Espèces, de Charles Darwin).

Nous ajouterions à cette vision un peu froide de la nature qu’elle a aussi ses solidarités, que même si la « course aux armements » est réelle : l’arbre le plus haut a plus de chance de survie, la gazelle la plus rapide idem, il y a des entraides et des faits étranges dans le monde sauvage, et c’est ce que relate Jean-Marie Pelt dans la « Raison du plus faible », où ses petites bactéries survivent là où les forts ne subsistent pas….

Quoiqu’il en soit, que l’on soit froidement biologique ou merveilleusement amoureux de la nature, force nous est de constater qu’elle n’a pas notre morale ni notre éthique, ni de plan préétabli,  à l’image de l’arbre qui déploie ses branches dans toutes les directions. Et que nous descendons tous d’un ancêtre commun, que l’on soit souris ou homme. Le philosophe australien Peter Singer demande que l’on prenne en considération la souffrance animale, et que l’on cesse d’exercer à son endroit un « spécisme » proche cousin du racisme. (Voir son livre : Animal Liberation, inspiré sans doute par l’économiste Bentham sur l’utilitarisme).

La nature n’a jamais éliminé la souffrance et c’est même un moteur de l’évolution (un être qui ne souffre pas meurt plus facilement , (anhidrose : anomalie génétique qui empêche de souffrir)  mais ce n’est certes pas une raison pour torturer les animaux, notamment par la vivisection. Nous devons considérer l’avis de divers scientifiques pour nous faire une idée globale de « philosophie naturelle ».

Nous ne saurions débattre de la question de l’homme supérieur aux autres espèces (selon la pensée populaire) sans rappeler Pascal Picq, paléoanthropologue : C’est donc pour ces raisons et bien d’autres encore que Picq et les paléoanthropologues tentent de distinguer scientifiquement l’homme, en tant qu’espèce animale, de l’humain qui semble davantage être un concept philosophique; une invention propre à notre espèce ». (extrait tiré de wikipédia sur Pascal Picq). Et nous sommes suffisamment mécréants pour être d’accord avec cela.

Il nous prend l’envie de conclure ces quelques extraits de pensées par une phrase de Jane Goodall, primatologue et scientifique, qui a tant fait pour nos cousins chimpanzés : « Laissez-vous guider par votre rêve, même si vous devez momentanément le mettre de côté pour trouver un emploi ou payer votre loyer. Et restez toujours ouvert aux opportunités de sortir du cadre pour mener la vie et faire les choses qui vous inspirent profondément… n’ayez pas peur ».

Chacun est libre de concevoir la Nature comme il le ressent, mais elle se moque éperdument de nos avis différenciés et surtout, de notre théodicée. (terme créé par Leibniz). Elle est, forte, violente, sensible, intelligente, progressant pas à pas, mourant dignement ou vivant simplement, elle est. Sans un seul de nos concepts, elle est.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :