La Voie de l'Hirondelle

Protection de la nature et transmission d'une expérience.

Le grand regard des enfants

Je regarde le monde comme il est beau ! Les graminées et les herbes folles ne sont plus des mauvaises herbes, mais des réservoirs de biodiversité. Les crapauds s’appellent Jojo chez nous. Ils sont utiles au jardin.
On a des orties (pour que les paons du jour reviennent), des trous dans les vieux murs de pierre, des tas de tuiles où règnent des petits êtres mystérieux.
Vers la mi juin, 5 bébés hirondelles sont sortis du nid, nourris en rang d’oignon sur une poutre par papa et maman. D’autres suivent. A Roumazières, quelques martinets signalent encore qu’ils ne sont pas disparus. Tout cela est grand et beau, il ne faut pas craindre la saleté qu’ils font : ce monde antibactérien, antiinsectes, anti tout, nous rendra faibles. Nietzsche ne sera pas content…
On n’a qu’à mettre des planchettes sous les nids l’hiver…
Et là, en plus, au 16 juin, on a une belle couleuvre d’Esculape qui partage le bassin avec les poissons rouges qu’on a sauvés de la sécheresse de mars et les grenouilles.
Elle bronze sa langueur grise et fuit au moindre mouvement. J’aime caresser la peau propre des serpents si je le peux.
Mes yeux se sont décillés : j’aime ce qu’on trouve laid et stupide, inutile et vain : mon monde est devenu plus subtil et plus profond vers la Nature reine.
Avant, je n’étais pas comme cela. Tout a vraiment commencé quand je suis devenue végétarienne, je n’arrivais plus à voir la nature en tant que petit prédateur humain. Je me suis mise en osmose avec elle, si violente parfois, si douce parfois, toujours authentique, et qui se moque bien de mes pensées…
« Détruire tout ce qui nous dérange ou nous effraie, c’est à la longue se donner sa propre mort », ai-je lu sur un site de Michel Aymerich, qui aime les serpents.
Les reptiles, tous les reptiles et les amphibiens sont protégés depuis 1976 ; ils sont utiles à la vie : serait-ce la sainte Bible qui nous dit encore, au siècle de la protection de la biodiversité, que le serpent est maudit de Dieu ??? Et de quel Dieu d’abord ? Un dieu d’amour et de paix ou un dieu qui divise et fractionne, hierarchise ??? Les mal aimés participent à la régulation des rongeurs, ils ont leur place dans le monde, comme tout animal. Maintenant, je le sais !
Qu’elle est belle, cette longue bête fluide comme l’eau, qui se coule doucement dans le bassin ou se dore au soleil de juin. On dirait une liane ondulante, une danseuse de rayon de lumière : elle brille.
Je tue de moins en moins la vie, c’est son travail : vivre. Merci pour mes amis les serpents.
Je ne peux plus arracher une herbe sans réfléchir un peu : un jour un petit insecte au ras du sol calculait vraiment son angle de saut : il voulait aller sur une feuille plus haut que lui. Je le voyais pencher la tête de tous les côtés, vraiment, il « calculait » sa future trajectoire.
Depuis ce jour aussi, grâce à cette petite « puce », j’ai mûri ma réflexion d’empathie. Je ne dis pas que je ne tue pas des fois, mais tant que je peux, j’évite. Je ne suis qu’un super prédateur qui pense un peu plus qu’avant, après tout !!!
Maintenant, ma gratitude se déploie :
« Merci pour les petits insectes aux yeux curieux de tout et grand’ouverts sur l’univers multidimensionnel ».
Fi de la différence : « Tenir en considération les insectes procure la joie. (…) Pénétrer dans la géographie de l’insecte, c’est donner enfin aux herbes la dimension d’un monde ».(Sylvain Tesson : « Dans les forêts de Sibérie »)
Aimer, respecter, se taire, partager, honorer : autant de valeurs oubliées. Au moins, « Gratitudes envers les plantes et les animaux qui sacrifient leur vie pour nous » nous signifiait le fondateur de l’Aïkido : Morihei Ueshiba.
Au moins, essayer de ne pas trop nuire, n’est-ce pas, les animaux humains….
Simplement, tout simplement, essayer de ne pas trop nuire, le moins possible…
Du grand art !!!
Comment penseront les petits enfants de demain ? Verront t’ils mon amie la couleuvre-liane comme un être infect, ou comme une création évoluée de la vie ?
Sauront-t’ils se mettre à la place de cette vie ondulante, qui regarde d’en-bas notre gigantesque taille et en a peur ; sauront-t’ils demander : « Maman, est ce que c’est méchant ? »
Et maman, que répondra – t’elle ? « Non, mon chéri, c’est une couleuvre, c’est inoffensif pour toi, ce serpent mange des petits rongeurs, entre autres ». Ou alors dira-t’elle : « Pouah, viens vite, je vais demander à ton père de tuer cette saleté ».
Maman, que diras-tu à ton fils devant cette longue bête rampante ? Si c’est une vipère, tu devras lui apprendre à la distinguer et à ne pas l’approcher, mais il n’y aura plus de mépris dans ton propos, ni de répulsion : qu’un instinct naturel du danger à ne pas encourir. Et le serpent vénimeux s’éloignera si tu ne le provoques pas.
Quand tu seras devant le chef d’oeuvre d’une toile d’araignée entre deux branches, le détruiras-tu comme une vulgaire chose répugnante, ou diras-tu à ton petit émerveillé qui t’écoutera attentivement : « regarde comme c’est bien fait. Elle a commencé par lancer un fil dans l’air et il s’est accroché en face, là, tu le vois ? Après, elle a continué sa toile et quand il pleut, les gouttelettes étincellent sur les feuilles, je te montrerai comme c’est joli ».
Nous apprenons une autre façon de voir le monde, avec plus de bienveillance. Et nous posons des petits actes d’amour au quotidien : un jour, un enfant ramassait des étoiles de mer échouées sur la plage et les mettait dans un seau d’eau pour les rejeter dans les vagues plus loin. Un monsieur lui dit : « Mais ca ne sert à rien, mon petit, tu ne pourras pas toutes les sauver ! » Et le jeune de répondre avec son grand regard : « Pour celle-là, monsieur, ça change tout ».
Je m’en suis toujours souvenu.
Personne ne peut empêcher un petit geste de respect quotidien.
Personne ne peut empêcher le grand regard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :