La Voie de l'Hirondelle

Protection de la nature et transmission d'une expérience.

Archives Mensuelles: juillet 2012

24 juillet : le chant des mondes

Ceci est aussi un blog, où je vous livre le suc de ma vie.

A 6 heures, les box des chevaux chantent à tue-tête. Des voix s’élèvent quand le jour s’éveille dans des pointes de lumière jaune. Les arbres montent à l’assaut des toitures dans un flamboiement de vies. Alors les hirondelles entament leur hymne tandis que les deux chevaux se reposent encore.

De tous les recoins invisibles, filtrent des harmonies joyeuses et fières, cela se gonfle et fuse, s’infiltre dans les murs comme des murmures de couleuvres, cela trille et grésille en phrases typées.

Chaque son dit un mot d’hirondelle, d’abord aigu et crescendo -il est difficile d’isoler le chant d’un seul oiseau dans la multitude des tonalités- puis la musique décroît dans l’apaisement… Puis reprend de plus belle en lançant le grand cri ondulant de la victoire du jour sur la nuit, de l’aile sur la glaise, de la voix sur le silence.

C’est le chant du monde, de la vie. C’est l’aube toujours recommencée dans un flamboiement d’énergies multiples.

Alors les moineaux et les merles reprennent en choeur. Et mon coeur se déploie. C’est ici que je suis, c’est ici que je vis. Dans la musique et la joie.

Publicités

enquête hirondelles bis et devise

Rappel : http://www.enquete-hirondelles.fr/

Sur le site LPO, on comptabilise les hirondelles qui disparaissent lentement de nos communes.

Douze couples seulement ici cette année. Pour un refuge, c’est peu.

(Personnellement, ma ligne de conduite est d’essayer de nuire le moins possible à la vie. Je ne dis même plus que j’essaie de faire du bien : si j’ouvre un paquet de biscuits bios de telle marque, il y a de l’huile de palme dedans : je contribue à détruire les forêts des orangs-outans en voie d’extinction… Si j’allume mon ordinateur pour écrire sur le blog, je nuis aux gorilles du Congo, s’il y a du minérai qu’on extrait là-bas. And so on…. Ahimsa, disent les Orientaux, nuire le moins possible. Ahimsa partout….)

 

Hirondelles 17 juillet 2012

Nous échangeons souvent des impressions ou observations avec nos lecteurs. On se donne nos « trucs ». Par exemple, mettre des branches à proximité de l’aire de reproduction, pour que les jeunes se posent en toute sécurité, et apprennent à voler à moindre risque.

Grillager une porte à mi hauteur ou plus, avec rabat, pour empêcher les chats d’entrer.

Mettre une plate-forme de grillage pour que « Une patte » puisse se reposer, cette mère qui est handicapée…

Hier, 50 hirondelles ont attaqué un faucon sur le dos, pour le faire sortir de leur zone de nids et d’envols des jeunes. Elles se sont jetées sur lui à tour de rôle à toute allure, en criant comme des folles, et le rapace s’est envolé très haut dans les nuées. Quand il a atteint le soleil, je les ai tous perdu de vue. Elles sont ensuite revenues, excitées mais apaisées. Elles font aussi fuir les chats mais sans les toucher.

Quand je parle aux personnes qui font du mal aux animaux, j’essaie de ne pas les culpabiliser, de ne pas les attaquer, et de leur montrer ce qu’il se passe ici. (On n’a pas affaire à des monstres non plus, quoique à échelle insectes, hum ?????). On refuse le plus possible la violence, on préfère l’exemple positif, mine de rien.

On aime tellement les fleurs minuscules qui attirent les insectes vitaux pour notre survie ! On dit qu’il ne faut pas tuer les reptiles parce qu’ils mangent des rongeurs en surplus. Que les corneilles nettoient les cadavres qui trainent, évitant la propagation de maladies.

Je sais bien que je serai toujours dans le paradoxe, pour ma part, utilisant internet et refusant viande et poisson, mais faire de son mieux est déjà un pas en avant vers plus d’harmonie.

Ne pas rajouter de la violence encore… Essayer au moins, car des fois, on ne peut l’éviter.

« Les hommes s’en vont, les bêtes reviennent ».

« L’esssentiel ? Ne pas trop peser à la surface du globe » (Sylvain Tesson)

La voie de la vie

« Elle avait des ailes de vent, de plaines et de montagnes, des yeux de soleil, le ventre bleu du soir dans la campagne et le bruissement de tous les insectes des prés ».

« C’est notre odeur qui les gêne (les animaux). (…) Je voulais trouver une bête qui soit déjà habituée mais qui conserve assez de liberté ; comment te dire ? Indulgente, dit-il, voilà. (…) Une bête qui se dise : « vous sentez mauvais mais je vous pardonne ». Et puis qui sera capable d’apprécier notre bonne odeur quand nous l’aurons ».

« Il y a une grande joie qui nous vient des bêtes, dit Bobi »…
Ces phrases sont extraites de « Que ma joie demeure » de Jean, Jean Giono. Qui dit les mots du vent et des vieilles maisons et des pierres comme d’autres disent les mots des livres. Qui danse avec l’herbe, les petites bêtes parlantes et les grands cerfs qui apportent le bonheur.
Et son Bobi qui veut planter des fleurs et qui met des graines pour les oiseaux et qui veut que l’homme ne compte plus les sous mais les étoiles.
Magnifique poète que je vous offre ce 15 juillet dans une éclaboussure de soleil revenu et des hirondelles à tir d’ailes.

En hymne à la vie et à la philosophie de la nature sans mots.
Voici la photo de Jolimai né le 2 mai 2012, au 15 juillet. Fils de Mimijoli et de Gazouille.

shirley

Bye bye, petite Shirley, vole, vole, tu es partie ce matin, petite perruche violette. Vole dans les coussins de nuages, surfe sur les vents de juillet, que les étourneaux t’accueillent avec les hirondelles. Chantez mes perruches, chantez très fort, plus fort que jamais, allez-y mes belles, Shirley vole en liberté totale. Confiante dans les éléments. Tu es magnifique, petite Shirley.

www.fabrice-han.com

Allez voir ce site d’un ami magicien qui travaille forcément avec des colombes et les protège. Vous allez sur son blog des colombidés.

colombes


Nombreuses photos et conseils pour bien soigner ces oiseaux magiques.
En hommage aussi à Hodinot des années 80, avec qui j’ai travaillé quelques temps.
Et à Chanty, colombe recueillie, qui boit dans notre thé et drague un chien en peluche. Qui lance des croucrous énamourés à sa femme pendant qu’il vole dans la pièce, portes et fenêtres fermées.
DITES NON AUX LACHERS DE COLOMBES DANS LES MARIAGES, QUI NE SAVENT PAS REVENIR CHEZ ELLES. Cette pratique cruelle devrait être interdite, comme le sont les dons ou ventes d’animaux vivants dans les foires,faites passer le message, merci pour eux.
Eux, les symboles de la paix qu’on tue par ignorance.